Structure

Mot de la direction générale

Travailler au cœur d’une structure novatrice comme Lorganisme est une grande source d’inspiration et de défi. Mon rôle : mettre en place tous les outils nécessaires au développement et au soutien des artistes tout en continuant d’implanter un modèle de fonctionnement singulier. En 2020, l’intégration de deux nouveaux membres-artistes a apporté un souffle nouveau à notre structure et nous a menés sur de nouveaux terreaux artistiques.

Les productions portées par la compagnie ont pu embrasser une plus large palette de formes et de styles donnant lieu à des collaborations et des rencontres inédites. Autour de la table, des conversations riches et des échanges stimulants ; également une conscientisation plus profonde des enjeux de diversité, de représentativité et d’accès aux moyens de production touchant de près notre milieu, et conséquemment un désir décuplé d’agir à notre échelle.

Ces dernières années, si singulières, ont été favorablement marquées par cette nouvelle dynamique fructueuse et porteuse, s’étant traduite par la mise sur pied de projets bénéficiant à un plus large bassin d’artistes. Ainsi les aspirations de Lorganisme d’élargir sa portée et de devenir un lieu de rencontre vivant persistent, et mon engagement envers cette structure et ses artistes est dirigé en ce sens.

Sylvie

 

Mot du représentant artistique

Les deux dernières années nous ont forcés à nous isoler, à perdre les possibilités de se réunir et d’être ensemble pour rêver l’avenir. En contrepartie, ce temps d’arrêt imposé nous a permis de réaliser à quel point le contact avec l’autre est au cœur de notre langage artistique. Cette pause a aussi permis de mettre en lumière la raison d’être de Lorganisme dans le panorama québécois de la danse ; une structure où nos pratiques se pensent et s’imaginent en collectivité plutôt qu’en compétition et en silo.
Il y a dix ans, ce modèle était atypique, à contre-courant de la façon traditionnelle d’établir une compagnie. Encore aujourd’hui, Lorganisme se distingue par sa façon d’imaginer le partage de ressources et des connaissances. La micro-société que nous formons au sein de cette structure, nous permet de constamment questionner nos façons de faire, revoir nos modes de production et de se sentir supporté par ses pairs.

Succédant à Anne Thériault, j’aime envisager ce mandat de représentation artistique en résonance avec la façon dont mes collègues ont imaginé cette compagnie depuis les dix dernières années. Continuer de penser Lorganisme comme un incubateur pour de nouvelles idées, de nouveaux modèles, de nouveaux projets ouverts sur la communauté, sur les communautés de la danse, le tout teinté de la diversité des pratiques respectives de ses cinq membres – Anne, Amélie, Caroline, Sovann et moi-même –, faisant la richesse de cette structure.

Réitérons la nécessité d’avoir plus de modèles de compagnie similaires au nôtre dans le paysage actuel du milieu de la danse. Utilisons la force plurielle de ce véhicule pour continuer à imaginer la danse ancrée dans ses communautés, au diapason avec les complexités du monde actuel dans lequel nous évoluons comme artistes, comme humain·es. Longue vie à Lorganisme !

Sébastien Provencher

 

Mot des membres fondatrices

Le véhicule singulier qu’est LORGANISME existe depuis maintenant dix ans. Il est né de la conviction que le modèle de compagnie à chorégraphe unique devait être repensé, dans un contexte où l’aridité du financement des arts persiste et où, si les chorégraphes et les talents se démultiplient, l’enveloppe qui devrait les soutenir reste invariablement figée. Cette aridité n’est pas un enjeu strictement comptable; elle nous affecte au quotidien et nous pousse dans nos derniers retranchements. Dans cette ère où le temps créatif est sacrifié au temps administratif et où la compétitivité nous gangrène et nous isole, il fallait imaginer une zone de ré-enchantement dans laquelle l’autre redeviendrait catalyseur plutôt que compétiteur; un espace où la force de tous agirait comme tremplin pour l’inspiration de chacun. LORGANISME trouve ainsi sa raison d’être dans l’établissement d’une solidarité qui allège et propulse, assurant ainsi la pérennité de nos pratiques tout en permettant à chacun de conserver et de développer son territoire distinct et son unicité. Pour que l’acte créatif redevienne, comme il se doit, l’occupation et la préoccupation première de l’artiste.

Amélie, Anne et Caroline

© caroline desilets